S6.6 REFERENTIEL DE COMPETENCE ET DEONTOLOGIE

Cet article présente l’archive ouverte d’un module de la saison 2 du MOOC Architecture de l’information, proposé en janvier – mars 2016.

 

Nous sommes arrivés au terme du cours. Il est aujourd’hui difficile de s’orienter dans une situation informationnelle aussi radicalement différente de celle qui l’a précédée, comme le montrent  les polémiques autour du numérique, de la concentration des firmes, des incertitudes des législateurs, des manipulations du marketing, de la surveillance du politique, du droit à l’oubli. Les risques sont alors une perte de confiance généralisée dans notre relation à l’information ou au contraire, une résignation ou une confiance exagérée et un manque de recul par rapport aux conséquences sociétales. Il n’est pas sûr que les architectes de l’information aient vraiment pris la mesure des responsabilités qui sont les leurs dans la transformation actuelle. S’ils veulent s’imposer comme une vraie profession, ils doivent se donner les moyens d’en définir les principes de comportement – la déontologie – et d’en bâtir la gouvernance, comme d’autres professions l’ont fait avant eux.

ninja

Ce module ne comporte pas de vidéo.

En guise de conclusion, nous vous proposons d’abord un texte pour vous faire réfléchir aux responsabilités, pas toujours vraiment assumées, des architectes de l’information, puis un quiz qui reprend le référentiel de compétences pour vous donner l’occasion d’une révision générale.

Pour une déontologie de la profession

L’architecte de l’information est celui qui conçoit ou modifie un système d’information pour les besoins d’une organisation ou une communauté. Ce système peut répondre à des besoins internes à des besoins externes ou encore à des besoins d’insertion dans un écosystème informationnel où la frontière entre l’interne et l’externe s’estompe. Le principe général est de faire se superposer trois mondes différents, celui du contenu, l’information qui circule, celui des utilisateurs et enfin le contexte de l’organisation et de son environnement. Chacun de ces mondes est transformé par le numérique.

L’architecture de l’information tente de prendre la mesure de ces transformations. Bien du chemin a été parcouru depuis l’ouverture du PARC, le Palo Alto Research Center, dans les années 1970. Mais il reste encore des zones d’ombre. Pointons-en quelques-unes dans chacun des trois mondes cités.

L’organisation du contenu a suivi l’histoire récente de l’informatique. Avec l’arrivée des ordinateurs personnels (Personal Computers, PC) dans les années 1980, de leur popularisation et de leur interconnexion progressive, nous avons rangé nos fichiers en dossiers sur nos machines. Le web à partir des années 1990 a fait ensuite exploser les échanges de contenu. Une troisième période, celle du nuage ou du cloud, s’est ouverte récemment avec le développement des puissances de stockage et de calcul ainsi que leur concentration dans les mains de quelques acteurs. Ces changements ont conduit à une offre de services hébergés à distance et accessibles par une série de machines variées : PC, téléphones intelligents, tablettes et même montres, lunettes ou objets les plus divers. Elle a favorisé sur les terminaux mobiles le développement d’applications spécialisées dédiées à des tâches particulières indépendantes des navigateurs. Il est probable que nous soyons en train d’entrer dans une quatrième et nouvelle période, celle du web des objets, qui connecte entre eux et avec les usagers les objets les plus divers : vêtements, électroménager, maison, voiture, marchandises, magasins, mobilier urbain, etc. Mais il est encore un peu tôt pour la prendre en compte dans une démarche d’architecture de l’information.

Aujourd’hui on parle volontiers dans le monde anglophone de Big Data (données massives), mais la généricité du mot ne permet pas d’affiner l’analyse. En réalité, il existe des données massives de trois grandes sortes qui renvoient à des techniques et expertises informatiques différentes. En premier lieu, les données d’identification permettent de repérer les identités numériques des individus, mais aussi de ressources diverses. Les données de contenu ensuite construisent du sens. Enfin les traces permettent de suivre et d’adapter les systèmes aux comportements des utilisateurs. Ces éléments essentiels ne sont pourtant pas encore bien analysés dans le monde de l’architecture de l’information. Dans le domaine de l’organisation des informations par les algorithmes, seules les techniques de référencement tendant à améliorer la position des sites dans le repérage par les moteurs font l’objet d’études et d’une forte activité au sein de la profession.

De même, l’expérience utilisateur est au cœur de la relation que nous développons avec le numérique. Sa prise en compte par les architectes de l’information a d’importantes conséquences sociétales, favorisant la personnalisation voire l’individualisme et pouvant influer sur les comportements au travers des techniques prônées par les tenants de l’économie comportementale. Autrefois l’utilisation de l’empathie, cette capacité humaine à se projeter dans une autre personne, était réservée dans le monde documentaire au genre de la fiction ou du jeu. Nous nous projetons dans des personnages de fiction ou nous jouons avec des amis en nous extrayant du quotidien et cela nous fait souvent du bien. Aujourd’hui et de façon inédite après un passage par les techniques publicitaires, l’empathie est employée explicitement au service de la construction des systèmes d’information. Sans que les architectes en aient toujours une conscience immédiate, l’expérience utilisateur (UX) fait passer la « société du spectacle » dénoncée par les situationnistes à une « société de l’expérience ». Peu d’observateurs semblent s’en préoccuper, il s’agit pourtant d’un changement important dans la construction de nos modes de représentation.

Quant au contexte, il suffit de suivre les polémiques autour du numérique, de la concentration des firmes, des incertitudes des législateurs, des manipulations du marketing, de la surveillance du politique, du droit à l’oubli pour constater que pour le moment la conscience des conséquences n’est pas d’une grande lucidité, soit par calcul, soit par aveuglement, soit encore faute de savoir décrypter une situation informationnelle aussi radicalement différente de celle qui l’a précédée. Les risques sont alors aussi une perte de confiance généralisée dans notre relation à l’information ou au contraire, une résignation ou une confiance exagérée et un manque de recul par rapport aux conséquences sociétales.

Il n’est pas sûr que les architectes de l’information aient vraiment pris la mesure des responsabilités qui sont les leurs dans la transformation actuelle. Au service de petites agences réactives ou de très grandes firmes aux objectifs commerciaux puissants, pris dans le tourbillon des créations, rachats, fermetures de startups, ou simplement fascinés par l’aventure extraordinaire du web et du numérique, les architectes de l’information répondent le plus souvent sans recul critique aux commandes de court terme. Noyés dans le bouillonnement du développement du web, les aspects éthiques semblent avoir été quelque peu mis de côté.

Une réflexion sur la déontologie du métier nous parait indispensable. Si les architectes de l’information veulent s’imposer comme une vraie profession, ils doivent se donner les moyens d’en définir les principes de comportement et d’en bâtir la gouvernance, comme d’autres professions l’ont fait avant eux, à commencer par les architectes de bâtiment, mais aussi dans le monde de l’information : les journalistes, les archivistes, les bibliothécaires, les documentalistes. Sous cette condition, l’architecture de l’information ne sera pas seulement une belle aventure, mais aussi une pièce maîtresse de la régulation des sociétés numériques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *