S4. WEB ET BASES DE DONNES

Cet article présente l’archive ouverte d’un module de la saison 2 du MOOC Architecture de l’information, proposé en janvier-mars 2016.

ninja

Un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives

Enseignants : Christine DUFOUR et Benoît HABERT

L’objectif de cette séquence est de faire prendre conscience de l’importance des bases de données pour les applications et les sites web. Ce sont en effet les bases de données qui mémorisent, organisent et utilisent les informations qui sont nécessaires à ces applications et à ces sites. Elles sont pratiquement invisibles mais indispensables.Les deux premiers modules explicitent ce que l’on entend par une base de données. Ils illustrent la présence des bases de données sur le web.Le module 3 présente la technologie encore la plus répandue : les bases de données relationnelles. Les contraintes du web (nombre d’utilisateurs, dispersion géographique, taille des données) ont conduit plus récemment au développement de bases de données non relationnelles dites aussi NoSQL, auxquelles est consacré le module 4.

  • S4.1 Définition et caractéristiques des bases de données. Cette définition, basée sur un exemple simple, débouche sur les avantages des bases de données par rapport aux outils bureautiques courants et sur les familles de bases de données selon les réalités à traiter.
  • S4.2 Bases de données sur le web. Sur le web, les bases de données permettent de gérer de manière cohérente des collections d’items correspondant à des données volumineuses et à des utilisateurs très nombreux. Elles tiennent compte des accès concurrents et elles assurent la sécurité des informations transmises. Elles sont centrales pour la mise à jour en continu des sites web.
  • S4.3 Bases de données relationnelles
    • S4.3.1 Composantes d’une base de données relationnelle. Le découpage et l’organisation de l’information – via des tables – en individus et caractéristiques permettent des opérations efficaces. Les relations qui existent entre les tables doivent être définies.
    • S4.3.2 Exemple de composantes relationnelles sur un site web. L’encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia constitue un exemple phare de recours sur le web à une base de données relationnelle. Le modèle dont relève cet exemple est bien établi depuis sa création en 1970. Il associe une définition formelle, un langage normalisé de manipulation et des méthodologies reconnues de modélisation.
  • S4.4 Bases de données non relationnelles
    • S4.4.1 Bases de données relationnelles et réseaux sociaux massifs. A travers l’exemple des réseaux sociaux massifs de type Twitter, on constate que si les données de certains domaines d’application peuvent être représentées convenablement dans une base de données relationnelles, les opérations offertes par de tels types de bases peuvent ne pas être adaptées à leur traitement pour des volumes trop importants. C’est une des raisons qui ont amené le développement des bases de données non relationnelles, dites NoSQL.
    • S4.4.2 Changement d’échelle et cohérence. Les applications Web actuelles de type GMail, Facebook et Twitter se caractérisent par des volumes massifs à traiter, par la répartition mondiale de leurs innombrables utilisateurs, par la nécessité de répondre rapidement et en permanence. Ces contraintes conduisent à accepter une conception plus souple de la cohérence que celle des bases de données relationnelles.
    • S4.4.3 Familles de bases de données NoSQL. Les bases de données non relationnelles, dites NoSQL, rassemblent plusieurs familles, qui représentent des manières distinctes de répondre aux différentes limites des bases de données relationnelles face à des données massives et des utilisateurs très dispersés.

Vous trouverez aussi une rubrique récurrente :

    • Références : Cet espace comprend des ressources complétant les modules.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *