S4.3 BASES DE DONNÉES RELATIONNELLES

Cet article présente l’archive ouverte d’un module de la saison 2 du MOOC Architecture de l’information, proposé en janvier – mars 2016.

S4.3.1  Composantes d’une base de données relationnelle

Les bases de données relationnelles constituent aujourd’hui le modèle le plus répandu de bases de données.Une base de données relationnelle est organisée en tables. Chaque table présente les informations retenues pour une famille d’éléments. Chaque ligne de cette table correspond à un élément particulier tandis que chaque colonne correspond à une caractéristique de cette famille d’éléments. Une caractéristique s’exprime en un type particulier de données : texte, nombre, date, etc. Ce découpage et cette organisation de l’information via les tables en éléments et caractéristiques facilitent les opérations génériques : recherche, regroupement ou tri d’éléments, mise en relation entre des éléments de différentes tables, etc.L’exemple d’Amazon montre ces opérations à l’oeuvre. Il met en évidence la cardinalité des relations qui existent entre les tables dans le modèle relationnel, c’est-à-dire le nombre d’éléments de chaque table qui sont concernés par une relation donnée. Par exemple, un exemplaire d’un livre est acheté par un client et un seul, mais un client peut acheter plusieurs exemplaires d’un ou de plusieurs livres. La cardinalité des relations doit être représentée dans les tables de la base. Elle suppose d’associer aux éléments un identifiant unique ou clé primaire.

Télécharger les différents supports : la vidéo, le support audio en format mp3, le diaporama en format ppsx, le texte en format txt et le texte illustré en format pdf.

S4.3.2 Exemple de composantes relationnelles sur un site web

L’encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia repose sur une base de données relationnelle qui permet de gérer les contributeurs, l’historique des contributions et la mise à jour continue des articles.Dans la base de données de Wikipédia, les informations concernant les auteurs et les articles sont décomposées à chaque fois en plusieurs tables. Par exemple, pour les articles, ces tables comprennent les métadonnées de l’article (date de création, langue, etc.), son contenu présent et passé, l’historique des révisions. Des relations se tissent entre ces tables, entre un contributeur et une révision, par exemple.Le modèle relationnel dont relève cet exemple est un modèle bien établi depuis sa création en 1970. Il associe une définition formelle, un langage normalisé de manipulation (SQL – Structured Query Language) et des méthodologies reconnues de modélisation.

Télécharger les différents supports : la vidéo, le support audio en format mp3, le diaporama en format ppsx, le texte en format txt et le texte illustré en format pdf.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.