SPÉCIAL AFRIQUE

PRÉSENTATION DE LA SÉQUENCE SPÉCIALE AFRIQUE

L’architecture de l’information au service de l’Afrique subsaharienne francophone

Enseignants :

       

Djossè Tessy et  Romuald Kepayou

L’architecture de l’information est née et s’est développée en Amérique du nord. Elle a été facilement transposée en Europe. Est-elle alors applicable dans un contexte très différent comme celui de l’Afrique francophone subsaharienne ? Un nombre important d’inscrits au MOOC proviennent de cette région, il nous a donc semblé utile de pouvoir répondre à la question. Deux étudiants du master archinfo de l’ENS de Lyon, originaires d’Afrique, sont allés enquêter sur place et nous ont ramené leurs réflexions.

Dans cette séquence “Spéciale Afrique”, ils nous présentent un panorama du numérique, tel qu’il est pratiqué, soulignent l’usage intensif de la technologie USSD, montrent combien les méthodes de recueil de l’expérience utilisateurs sont utiles, mais doivent être adaptées, et présentent pour conclure quelques expériences remarquables. La réponse à la question de l’application de l’architecture de l’information en Afrique est ainsi résolument positive. L’Afrique pourrait même en retour ouvrir des voies non prévues par les professionnels.

La séquence comprend quatre modules :

  • A.1 L’Afrique subsaharienne innove dans le numérique. L’Afrique a sauté les cases du PC et du téléphone filaire pour s’emparer du téléphone mobile, intelligent ou non. Ainsi elle invente de nouvelles applications et de nouveaux usages comme l’exposent Antoine Mian et Olivier Nana Nzepa, deux universitaires observateurs privilégiés de la situation.
  • A.2 Design UX : les enseignements de l’AfriqueAppliquer les méthodes du Design UX pour développer des applications appropriées aux marchands ambulants de Dakar oblige à quelques adaptations comme l’a remarqué Yann Le Beux, cofondateur d’une agence spécialisée dans le domaine.
  • A.3 USSD et Facebook : les connexions africainesPrésentation de la technologie USSD qui permet de développer des applications simples pour des téléphones mobiles basiques, autorisant un usage du numérique étendu en Afrique. Mais Facebook et WhatsApp sont de plus en plus populaires chez les jeunes détenteurs d’un téléphone intelligent, grâce à leur politique commerciale agressive.
  • A.4 Les solutions numériques africaines avec ou sans InternetLe paiement direct par Mobile Money, le suivi de grossesses ou les échanges sur les marchés agricoles, parmi bien d’autres exemples, sont possibles en Afrique à partir d’un téléphone basique comme à partir d’un téléphone intelligent. Jean-Pierre Boep montre combien l’écosystème des startups africaines est en pleine effervescence, non sans quelques difficultés de financement.

Vous trouverez aussi la rubrique récurrente :

    • Références : cet espace comprend des ressources complétant les modules.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search