A.3 USSD ET FACEBOOK : LES CONNEXIONS AFRICAINES

Très peu d’Africains disposent d’un téléphone fixe chez eux, mais un grand nombre ont un téléphone mobile. La majorité de ces téléphones mobiles ne donnent pas accès à l’Internet. La technologie Unstructured Supplementary Service Data (USSD) permet de développer des applications simples pour des téléphones mobiles basiques. Nous la présentons dans ce module à partir de l’application Mobile Money, d’usage courant en Afrique.

Par ailleurs, les smartphones équipent de plus en plus de jeunes Africains qui utilisent massivement Facebook et WhatsApp, car leur abonnement peut comprendre, selon les opérateurs et les pays, un accès illimité et gratuit à ces deux services, contrairement aux autres applications numériques ou navigations sur le web.

Ainsi deux dynamiques numériques se développent parallèlement : un usage ingénieux des téléphones basiques pour des applications simples et inédites et une implantation de plus en plus massive du principal réseau social mondial et de sa filiale WhatsApp auprès des générations jeunes et branchées.

Télécharger les différents supports vidéo : le support audio en format mp3, le texte en format txt et le texte illustré en format pdf.

——–

USSD et Facebook :Les connexions africaines
Djossè Tessy et Romuald Kepayou
ENS de Lyon


En Afrique, la connexion à internet n’est pas toujours facile, faute d’infrastructure (câblage, satellites) et donc de bande passante.

Le téléphone filaire (landline) est pratiquement absent, comme le montre une enquête du Pew Research Center.
Dès lors, le téléphone mobile s’est développé très rapidement.
Et une situation très différente des pays du nord s’est installée. 
En Afrique, les utilisateurs sont partagés entre ceux qui détiennent un smartphone donnant accès à la 3G et à la 4G lorsque le réseau est accessible et ceux qui ont un téléphone mobile ordinaire sur la 2G.

L’enquête du Pew Research Center sur plusieurs pays montre clairement la place du téléphone mobile dans plusieurs pays.  
Pour le Sénégal par exemple, seulement 15% de la population dispose d’un smartphone, tandis que 69% ont un mobile basique.
Dès lors, les opérateurs de télécommunications se sont servis d’un mode d’échange non structuré de données, dite USSD pour Unstructured Supplementary Service Data. 
Grâce au protocole USSD, les propriétaires d’un téléphone mobile ordinaire peuvent accéder à des services en temps réel, sans passer par internet.
Beaucoup d’applications mobiles ont ainsi vu le jour, permettant aux abonnés d’un réseau de télécommunication d’utiliser un mobile basique pour accéder à différents services. 

Les applications mobiles sont de plus en plus déployées dans deux versions : 
une version de type USSD pour les mobiles basiques, 2G, et une autre de type internet pour les smartphones, 3G.
L’utilisateur a accès globalement aux mêmes fonctions 
Peu importe la version qu’il utilise.
Pour ce qui concerne la messagerie ou la communication, l’alternative est radicale : la téléphonie et les SMS pour le réseau 2G ou Whatsapp et Facebook en position de quasi-monopole sur la 3G.


L’USSD est donc un protocole utilisé par les téléphones mobiles 2G. 
La 2G repose sur la communication digitale et non analogique : elle transmet donc tout type de données. 
À la différence des SMS, l’USSD établit une connection bidirectionnelle en temps réel. Ce protocole permet un échange rapide de données dans les deux sens pendant la session. 
Les échanges font jusqu'à 182 caractères alphanumériques. 
La communication peut être démarrée par l'utilisateur ou par le serveur. 
Les messages ne sont ni mémorisables ni transférables. 

Voici comment fonctionne pour l’utilisateur un service de transfert d’argent sur la technologie USSD.
L’utilisateur tape sur son clavier le code USSD permettant de faire appel au service de transfert d’argent.
Par exemple en tapant #150# sur son clavier de téléphone

La requête #150# fait appel à la page d’accueil du service avec les différents menus auxquels l’utilisateur peut accéder.
Pour opérer son choix, il saisit sur son clavier le chiffre correspondant à l’opération qu’il souhaite effectuer.
Par exemple 1 pour effectuer un  transfert d’argent.

L’utilisateur est invité à saisir le montant de la transaction qu’il souhaite effectuer.

Un message de confirmation apparaît avant l’exécution de l’opération.
L’opération de transfert d’argent est réussie. 
L’utilisateur reçoit un message de succès. Les détails de l’opération lui sont également envoyés par sms.

Cet écran s’affiche lorsque l’opération n’a pas abouti, et l’utilisateur reçoit un sms lui confirmant l’échec de sa transaction.

L’enquête du Pew Research Center publiée en 2014 souligne les applications les plus utilisées sur les téléphones mobiles en Afrique.
Au Sénégal, comme dans les autres pays, la messagerie domine avec 70% des utilisateurs qui ont envoyé un message dans les douze mois.
Ensuite vient la photo ou la vidéo pour la moitié des utilisateurs.
Le transfert d’argent concerne 30% des utilisateurs, avec des situations contrastées selon les pays : 61% pour le Kenya et 15% pour le Nigéria.

Mais au Sénégal, par exemple, 20% des 18-34 ans détiennent un smartphone, 
contre seulement 9% des personnes plus âgées (Pew Research Center 2014)
L’utilisation de l’internet pourrait donc se développer rapidement, certains opérateurs de réseau l’ont bien compris…

Antoine Mian, PhD
Enseignant-Chercheur à  l'ENS d'Abidjan
(École Normale supérieure d’Abidjan)
Les jeunes communiquent par WhatsApp et Facebook
Aujourd’hui en Afrique on peut accéder à WhatsApp et Facebook seulement avec le numéro de téléphone mobile on n’a plus besoin de mail. Et il y a aujourd’hui des opérateurs de téléphonie qui donnent des datas gratuits pour Facebook et WhatsApp dans leur forfait mobile… Au début de mes cours, je demande toujours aux étudiants qui sont ceux qui ont un téléphone mobile et une adresse mail.
Beaucoup de mes étudiants n’ont pas de mails, mais sont plus connectés sur Facebook et WhatsApp.
Aujourd’hui les réseaux sociaux avec leur facilité d’accès sont en train de révolutionner la communication.

Romuald Kepayou
Ce bref aperçu montre qu’il y a une réalité africaine du numérique. 
Contrairement aux pays du nord, les Africains ont sauté la case du téléphone filaire et celle de l’ordinateur personnel.
Une concurrence sur les services est en train de s’ouvrir pour la maîtrise des réseaux de connexion entre les opérateurs de téléphonie mobile et un opérateur de réseau social : Facebook.

Quoi qu’il en soit de l’avenir, les architectes de l’information doivent avoir à l’esprit ces réalités.  Leur approche et leurs méthodes ont été construites dans un contexte fort différent.
L’Afrique leur ouvre de nouvelles perspectives.

Références
Données sur la téléphonie mobile en Afrique, Pew research center : http://www.pewglobal.org/2015/04/15/cell-phones-in-africa-communication-lifeline/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *