A.4 LES SOLUTIONS NUMÉRIQUES AFRICAINES AVEC OU SANS INTERNET

Trois applications numériques africaines sont d’abord présentées : le paiement direct par Mobile Money, le suivi médical à distance des femmes enceintes, puis les échanges sur les marchés agricoles, parmi bien d’autres exemples possibles. Elles sont accessibles à partir d’un téléphone basique comme d’un téléphone intelligent.

Jean-Pierre MBoep, entrepreneur du numérique au Cameroun, montre combien l’écosystème des startups africaines est en pleine effervescence. En se passant du téléphone fixe et du PC, l’Afrique a inventé un nouveau modèle de développement du numérique. Reste à lui trouver les conditions de son financement.

Télécharger les différents supports : le support audio en format mp3 et le texte illustré en format pdf.

Contenu du cours :

Mooc Architecture de l’information
 Séquence : Spécial Afrique
 Module 4 : Les solutions numériques africaines avec ou sans Internet

Avez-vous déjà entendu parler d’une application qui donne aux agriculteurs le prix des denrées sur le marché ?
Avez-vous déjà entendu parler d’un service pour envoyer et de recevoir de l’argent sans connexion internet ?
En Afrique, l’un des services sur mobile les plus populaires est le mobile money. 
Comme son nom l’indique, il sert à envoyer et recevoir instantanément de l’argent.
Il est aussi intégré à d’autres applications et services, comme l’achat de crédit téléphonique ou d’accès à internet, le paiement de factures, etc.
Pour illustrer ce dynamisme, nous avons sélectionné trois applications dans trois domaines différents : la santé, l’agriculture et la finance.

Au Cameroun, les femmes enceintes habitant des zones éloignées des centres médicaux peuvent suivre l'évolution de leur grossesse grâce à leur mobile. 
Voici trois exemples du fonctionnement de l’application.

En cliquant sur Guide de vaccination, la femme enceinte accède aux informations sur les types et périodes de vaccination. 
Elle coche les vaccins effectués et a un suivi sur les maladies contre lesquelles on doit être protégés.

Le guide de l’allaitement maternel présente les bonnes pratiques de l’allaitement maternel. 
Il répond aux questions des femmes sur : pourquoi, quand et comment allaiter son bébé.

Lorsque la femme enceinte clique sur le lien suivi de grossesse, elle a deux possibilités : 
Calculer la date probable de son accouchement
Avoir les informations sur sa grossesse
Même sans internet, ces femmes enceintes peuvent ainsi bénéficier d’un suivi. 
Mais le service existe également sur internet pour celles qui y ont accès.

Plusieurs applications ont été développés dans le secteur agropastoral en Afrique francophone subsaharienne.
Il s’agit toujours de donner des informations fiables et en continu aux producteurs, aux clients ou même aux institutions financières. 

La plateforme CamAgro offre présente, par exemple, les productions agricoles aux différentes parties prenantes. 
Elle donne les moyens aux producteurs de s’informer sur les prix en cours, de publier des informations sur leurs productions et d’identifier des acheteurs potentiels. 
L’envoi d’informations à la plateforme s’effectue par un SMS à partir d’un téléphone mobile, avec ou sans internet. 
La plateforme CamAgro donne aussi accès à l’information aux consommateurs et aux autres services périphériques. 
Elle met en relation les acteurs de la chaîne agropastorale comme les transporteurs, les clients, les revendeurs, etc.

***
Les banques sont peu utilisées par les particuliers en Afrique.
Cette situation complique les échanges d’argent. Mais le mobile et un peu d’astuces ont résolu le problème.
Avec le mobile money, les Africains peuvent payer leurs factures d’eau, d'électricité ainsi que de multiples autres services comme leurs courses de taxi, retirer et envoyer de l’argent. Ces facilités sont disponibles à partir de n’importe quel type de téléphone, avec ou sans internet.
Cette pratique est dominante au Kenya où même Uber a dû l’accepter pour s’implanter dans la capitale Nairobi ainsi qu’à Mombasa.
Ainsi une firme de la Silicon Valley a dû s’adapter à l’expérience utilisateur africaine.

L’écosystème du numérique en Afrique
Ces cinq dernières années, l’écosystème du numérique en Afrique s’est beaucoup développé. Il a été propulsé notamment par des pays comme le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Spécificité du contexte africain
La spécificité du contexte africain est qu’on est dans un écosystème naissant où on a déjà du mal au niveau des pouvoirs publics à comprendre l’intérêt d’associer le numérique dans des plans stratégiques de développement à long terme et où les startups elles-mêmes peinent à produire du contenu qui tienne sur la durée parce que pour la plupart [elles n'ont] pas de moyens réels de se développer et donc on est dans un écosystème où le financement est l’élément moteur qui bloque un tout petit peu ce développement là puisque il n’y a pas  encore une culture de financement à risque, de business angel, les banques ne financent pas le numérique pour l’instant. Ce qui fait que les développeurs, les créateurs de solution doivent trouver des moyens alternatifs pour se développer. Ils vont se greffer à des espaces de coworking, pour aller un peu plus vite, à des incubateurs qui eux-mêmes ne peuvent donner que du savoir et pas forcément suffisamment outillés pour mobiliser des fonds pour financer ces startups
L'écosystème des startups en Afrique comme condition de l’innovation
Cet écosystème s’appuie essentiellement sur les acteurs locaux, ceux qui font le contenu local en Afrique. Que ce soit au Sénégal où on a beaucoup d’activistes web ou au Cameroun où c’est en train de prendre énormément aussi, on assiste en Afrique francophone à des mutations, à des changements  qui interpellent les communautés, qui interpellent les acteurs de pouvoir se dire que quelque chose d’intéressant est en train de se passer. Il y a de plus en plus de startups qui se créent, de plus en plus d’applications web ou mobiles qui se créent. Les grands opérateurs de télécommunication comprennent l’intérêt de cet écosystème et commencent à travailler avec les communautés autour de cet écosystème. Beaucoup d’événements se créent pour promouvoir soit le digital, les réseaux sociaux mais globalement le numérique en Afrique.

***
Les développeurs africains ont investi le numérique et ont choisi les technologies les plus adaptées à leur contexte.
Ils ont développé des solutions pour faire face aux problèmes qui se posent dans leur société. 
Les startups se multiplient, échangent entre elles.
Un écosystème est en train de naître, même si le financement est encore difficile.
Contrairement à une idée répandue, la 3G et au delà sont loin d’être partout disponibles en Europe et en Amérique du Nord. Les solutions développées en Afrique pourraient être une source d’inspiration pour ces zones mal désservies. Elles soulignent  que l'architecte de l’information doit savoir simplifier et adapter le moyen et les canaux d’accès aux informations.
Il doit  toujours tenir compte des conditions réelles d’accès des utilisateurs. 

_____

Crédits
Images : 
Captures d’écrans de l’application GiftedMom
Capture d’écran du site internet de CamAgro

_____
Djossè Tessy et Romuald Képayou, ENS de Lyon, février 2017                                                   
CC-BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *